L'éthique syndicale

Une éthique syndicale de bon sens est impérative

Il n’est pas dans nos habitudes d’évoquer l’attitude d’une autre organisation syndicale dans notre édito.

Néanmoins, la vérité a ses droits, il est de notre devoir de vous relater les événements récurrents des derniers

mois, provoqués par une organisation syndicale qui est loin de représenter la majorité des travailleurs

de bpost.

Lors de la Commission paritaire de fin janvier, ce syndicat, issu d’un mélange de couleurs « jaune et bleu »,

a une nouvelle fois claqué la porte en déposant une xième fois un préavis de grève évoquant le mal-être

dans l’entreprise. Les règles de bienséance nous obligent à respecter leur décision.

Par contre, nous ne sommes plus d’accord de subir les errements de ces démagogues !

À maintes reprises, nous avons demandé à l’entreprise qu’elle exige de leur part le respect des règles prévues

au statut syndical afin de pouvoir exercer notre mandant le plus sereinement possible et ce, dans l’intérêt

de nos affiliés.

Aujourd’hui, force est de constater que rien ne change. Arrogance, démagogie, mensonge, pressions sur

nos membres, tout cela mené par des irresponsables pour se rendre audibles auprès des travailleurs dans le

seul et unique but : nous « voler » des affiliés.

En ce qui me concerne, je déplore « l’égo » démesuré du responsable, il n’amènera pas, par ses incartades,

les garanties nécessaires pour reconstruire un front commun correct.

Désolé, ce n’est pas à eux de dicter la stratégie syndicale, leurs méthodes ne sont et ne seront jamais les

nôtres.

La CGSP n’a pas à recevoir de leçons, l’histoire est là pour le rappeler.

Nous sommes conscients que cette situation amène beaucoup de tension sur le terrain.

Sans avis contraire des instances, nous ne changerons pas notre fusil d’épaule ! Nous resterons fidèles à nos

valeurs.

Rester à l’écoute de vos délégués, nous vous informerons de la suite par un tract.

Quant à l’actualité dans l’entreprise, il faut déplorer l’annonce de la délocalisation des services ICT vers

l’Inde. Il faut savoir que 200 emplois étaient déjà occupés par des travailleurs externes à l’entreprise,

contrariant nos ressources internes.

Nous n’approuvons évidemment pas cette décision !

Alors que le gouvernement se gargarise d’avoir, par ses réformes, permis de créer plus de 45 000 emplois,

il autorise à une entreprise publique cette manoeuvre de rentabilité économique. Où est l’éthique ? Bel

exemple de dumping social que l’on dénonce jusqu’aux cénacles européens.

C’est la raison pour laquelle le député PS, Laurent Devin, bien connu au secteur, (je rappelle qu’il était

l’un de nos invités au congrès de l’IRW) a déposé une motion au Parlement contre le dumping social (lire

ci-après).

Plus étonnant encore, lisez l’intervention du député MR…

Bonne lecture.

Fraternellement,

Jacques LESPAGNARD

Secrétaire général

 

La tribune complète arrive...